Pommes de reinette et fruits d'ici...au fil des saisons

8
3
2
7
12
6
11

La fraise est un fruit rouge provenant du fraisier de forme oblongue plus ou moins ronde.
C'est le premier fruit rouge de l'année. C'est un fruit riche en vitamines C et en minéraux.

Pour bien choisir des fraises, la peau doit être d'un rouge brillant et uniforme. Le pédoncule quant à lui doit être bien vert. Pour les fraises en barquettes, regarder le dessous de la barquette pour vérifier que les fruits ne soient pas écrasés au fond de celle-ci.

La fraise aime la fraîcheur, pour bien la conserver la mettre dans un endroit frais enveloppée dans un linge. On peut également la déposer dans le bac à légumes du réfrigérateur, il faudra par contre la sortir quinze minutes avant de la consommer afin qu'elle retrouve son goût. L'idéal est de consommer les fraises rapidement.

9
IMG_4235
5
2
8
15

La cerise douce se consomme fraîche, surtout dans les desserts, les salades ou les sauces. La cerise acidulée sert plutôt à la préparation de tartes, de confitures et de jus. Cinq fois plus riche en antioxydants que la cerise douce, elle contribuerait à prévenir le cancer et plusieurs autres maladies. 

Bienfaits de la cerise : pourquoi en manger?

  1. Les anthocyanines de la cerise acidulée démontrent des activités antioxydantes et anti-inflammatoires in vitro. Ils constituent les principaux composés phénoliques de ce fruit. Comme plusieurs de ces composés, présents dans les végétaux, ils ont la capacité de neutraliser les radicaux libres du corps et de prévenir ainsi l’apparition de plusieurs maladies : cancers, maladies cardiovasculaires et diverses maladies chroniques. Ce sont principalement d’eux que proviendraient les effets antidouleur et de récupération musculaire de la cerise. Des chercheurs ont d’ailleurs constaté qu’en présence d’inflammation, leur administration à des rats diminuait leur sensibilité à la douleur, en plus de réduire l’oedème. De plus, les anthocyanines protègeraient les cellules nerveuses des dommages causés par le stress oxydatif.

  2. Des quantités élevées de mélatonine, un composé connu pour son potentiel antioxydant, ont été retrouvées dans deux variétés de cerises acidulées (Montmorency et Balaton). La consommation de végétaux contenant suffisamment de mélatonine pourrait ainsi procurer une protection contre les dommages causés par les radicaux libres. La mélatonine étant un régulateur du sommeil, elle pourrait également contribuer à combattre l’insomnie.

  3. La cerise acidulée est une source de vitamine A.

  4. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de vitamine C.

  5. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de cuivre.

  6. La cerise douce est une source de fer pour l’homme.

  7. La cerise douce et la cerise acidulée sont des sources de manganèse.

Bien choisir sa cerise

Les cerises fraîches devraient être dodues et leur peau lisse et brillante. Évitez les fruits durs, à la peau mate. La couleur de la peau peut varier du rouge clair au rouge foncé, bien qu’il en existe également à peau jaune. Choisissez de préférence des fruits qui possèdent encore leur queue.

Les différentes variétés

Il existe plus de 600 variétés de cerises à travers le monde. Celles que l'on trouve le plus souvent sur nos étals sont la Burlat et la Bigarreau.

6
5
4
3
2
1

Les meilleurs mois pour consommer ce délicieux petit fruit sont les mois de juillet, d’août et de septembre.

Comment les choisir ?

Les framboises sont fragiles, et ne mûrissent plus une fois cueillies. Il convient donc de les choisir avec soin. La couleur n’est pas nécessairement un indicateur fiable, car elle varie en fonction des variétés. Fiez-vous plutôt à sa tenue : une bonne framboise doit être ferme, ni trop dure, ni trop molle.

Les différentes variétés de framboise

Saviez-vous qu’il existe 200 espèces de framboisiers ? En fait, ce petit fruit délicieux peut même prendre différentes couleurs en fonction des variétés. Il existe donc des framboises noires, pourpres, jaunes, oranges, ambrées et même blanches ! Comme les fraisiers, il existe des variétés remontantes et non remontantes.

La framboise est très faiblement calorique, mais elle est très riche en sels minéraux, surtout le potassium (200 mg aux 100 g), du magnésium , de la  vitamine E, des fibres. C'est un fruit peu sucré. C'est le fruit connu pour être le plus riche en acide ellagique, un polyphénol antioxydant qui aiderait à prévenir certains cancers.

Comment manger la framboise ?

Vous en avez peut-être fait l’expérience, les framboises sont des fruits très fragiles. Paradoxalement (et heureusement !), elles supportent très bien la congélation. Il est donc possible de les conserver longtemps pour pouvoir les utiliser toute l’année.

Les framboises congelées sont très pratiques et peuvent être incorporées à de nombreuses préparations culinaires comme des smoothies, des sauces, des coulis, ou même des pâtisseries.


Rien ne vaut de délicieuses framboises fraîches ! Avec elles, vous pouvez réaliser de délicieux desserts, tels que des tartelettes craquantes ou des framboisiers moelleux.


Mais la recette la plus simple, et celle qui fait plaisir au quotidien, c’est la confiture de framboise !

4
6
5
4
3
2
1

Les atouts nutritionnels de la myrtille

APPORT EN SUCRE

Tandis que la myrtille sauvage ne contient que 6% de sucres, la myrtille cultivée en apporte un peu plus de 10% : une teneur égale à celle de la pomme et qui correspond à la moyenne des fruits1. Une barquette de 125 g en fournit un peu plus de 13 g (l’équivalent de 2 morceaux de sucre et demie), ce qui ne représente que 14% de l’apport maximal quotidien recommandé par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). En outre, les fibres et les acides organiques (acide malique, comme dans la pomme et acide citrique, comme dans les agrumes) présents dans la myrtille, freinent la digestion et l’assimilation de ses sucres, ce qui permet d’en consommer en cas de diabète sans risque de pic de glycémie (du taux de sucre sanguin).

APPORT EN FIBRES

La myrtille cultivée a une teneur en fibres de 2,4 %, équivalente à la moyenne des fruits. Une barquette de 125 g fournit 10% de la référence nutritionnelle (apport quotidien conseillé) d’un adulte. La myrtille sauvage en contient le double1. Cultivée ou sauvage, il s’agit pour environ 75% de fibres dites insolubles, cellulose et hémicellulose, utiles pour réguler le transit intestinal et pour 25% de fibres solubles, pectine, qui exerce un effet coupe-faim naturel, contribue à modérer l’index glycémique des repas et à réduire le taux sanguin de LDL-cholestérol (" mauvais cholestérol")1. A savoir : la myrtille contient aussi des tanins, qui lui confèrent une légère amertume et exercent une action anti-diarrhéique, modulant les effets intestinaux de ses fibres.

APPORT EN VITAMINES

La myrtille est une excellente source de vitamine K, essentielle à la coagulation du sang et bénéfique à la santé osseuse. Elle présente une teneur non négligeable en vitamine C –indispensable aux défenses immunitaires et au système nerveux-, supérieure lorsqu’elle est sauvage (22 mg pour 100 g, un peu plus du quart de la référence nutritionnelle d’un adulte)1. Elle fournit en plus faibles proportions, bêta-carotène (pro- vitamine A), vitamine E, ainsi que l’ensemble des vitamines du groupe B (à l’exception de la vitamine B12).

APPORT EN MINÉRAUX

La myrtille constitue un cocktail de sels minéraux, potassium, calciummagnésium et d’ oligo-élémentsferzincborevanadium… Elle est une bonne source de manganèse et dans une moindre mesure de cuivre, deux oligo-éléments aux vertus anti-oxydantes, qui participent à la prévention de nombreuses maladies, en particulier des maladies cardiovasculaires et des cancers.

5
6
3
4
2
1